Les communautés emmaüs


Emmaüs, c'est un mouvement, porte-parole des sans-voix,

pour démontrer, jour après jour, qu'un autre monde est possible.

Les communautés, projet central du mouvement,

sont l'expression de ce possible.

Des lieux d'accueil, de vie, de travail et de solidarité

Les communautés sont des lieux d’accueil, de vie, de travail et de solidarité qui fonctionnent uniquement grâce à l’activité de récupération des compagnes et des compagnons d’Emmaüs, personnes accueillies de façon inconditionnelle pour une durée indéterminée.

L’activité centrale de ces communautés consiste à recevoir des dons des particuliers (meubles, vêtements, bibelots, livres, jouets, etc.) ou d’entreprises ou d’associations (invendus, notamment), à les remettre en état si besoin et à les revendre à un prix modique.

En France, les communautés accueillent aujourd’hui 4 500 personnes, appelées compagnes ou compagnons d’Emmaüs. Les communautés sont autosuffisantes et ne reçoivent aucune subvention de fonctionnement.

Depuis juillet 2009, les communautés Emmaüs disposent d’un statut (OACAS) reconnu par l’État.


Télécharger
Histoire emmaus:abbé Pierre.pdf
Document Adobe Acrobat 5.0 MB


En France, il y a 117 communautés Emmaüs

La première communauté a été créée par l’abbé Pierre en 1949. Si le mouvement Emmaüs s’est organisé autour de ces communautés, il compte cependant d’autres types de structures qui ne sont pas des communautés : SOS familles Emmaüs, comités d’amis (composés de bénévoles et de salariés sans disposer de structures d’accueil), entreprises d’insertions, Fondation Abbé-Pierre. En France, les communautés Emmaüs sont regroupés au sein de l’une des trois branches d’Emmaüs France, la branche communautaire. Elles sont membres d’Emmaüs International qui fédère l’ensemble des groupes Emmaüs du monde. 

 

Une dizaine de communautés sur la région

Depuis 2000, ces communautés regroupées dans le « bassin toulousain » avec des comités d’amis, ont mis en place trois actions de mutualisation :

  • Une plate forme de stockage et de répartition entre ces groupes d’invendus d’entreprises.
  • Un salon Emmaüs au parc des expositions de Toulouse. En 2017, aura lieu la cinquième édition.
  • Une plateforme "gemmaüs" pour stocker et répartir entre les groupes Emmaüs, des appareils électroménagers d’occasion récupérés des magasins toulousains.

 


Un modèle original

Les communautés Emmaüs sont animées par les valeurs et les principes qui furent ceux de l'abbé Pierre lors de la création de la première communauté en 1949 :

 

L'accueil  non conditionnel

Emmaüs, c’est avant tout un vrai regard porté sur l’autre : ni paumé, ni coupable, ni clochard, ni exilé… mais un homme ou une femme riche de potentiel, qui a toute sa place dans la société. C’est pourquoi quiconque se présente à la porte d’une communauté est certain d’être accueilli, quel que soit son parcours.

 

La solidarité

Emmaüs, ce n’est pas un mouvement caritatif où des personnes bien intentionnées porteraient secours et assistance à d’autres, tout en les maintenant dans l’assistanat. Emmaüs, c’est un mouvement dans lequel forts et faibles s’unissent pour permettre à ceux qui, seuls, n’en ont plus la force, de se remettre debout. Et qu’à leur tour, ils puissent en aider d’autres. 

 

Les communautés pionnières du développement durable

Emmaüs a su passer de la récupération de matières premières des premiers temps (papier, chiffon, ferraille) à celle d’objets, de textile et de meubles, et à la réparation du matériel électrique et électronique. Grâce aux savoir-faire des compagnons, 75 % des produits collectés sont valorisés ! Ce modèle économique, qui a permis aux communautés de maintenir leur indépendance financière – et, partant, leur liberté d’action et de parole – a donc également positionné les groupes Emmaüs comme des acteurs incontournables de la prévention des déchets et de la protection de l’environnement.

 

L'activité comme outil de liberté

L’intuition novatrice et fondatrice du mouvement Emmaüs est de rendre leur dignité aux plus démunis, de leur permettre, à leur rythme, de retrouver confiance en eux par l’exercice d’une activité utile, solidaire et collective. Ainsi, en affectant tout ou partie du fruit du travail de ces personnes vers la solidarité, le mouvement Emmaüs promeut un modèle alternatif où le travail, loin d’être un asservissement, permet, au contraire, d’accéder au respect, à la liberté d’être soi en aidant les autres. Ensemble, par le biais de leur activité de récupération, responsables, bénévoles, salariés et compagnons redistribuent près de 5 millions d’euros par an pour soutenir des actions de solidarité.